Chacun sa croix-Antilop SA

Publié le par NoBass

J’ai pleuré sur mon sort car j’ai pensé que Dieu était sûrement sourd
Trop peu d’amour au quartier, trop peu souvent de bonne humeur
Parents austères envers leurs mômes qui rentrent ou sortent tard,
d’autres sont jamais rentrés et résultat de l’autopsie : une mort tard
Les cours m’écœure, j’ai jamais été élément moteur
Moi au bahut, mon avenir je le voyais flou comme une vitre pleine de buée
Adolescence, nos premières scènes, on s’est pas fait huer
Les thèmes has been cotaient quand j’ai commencé a muer
Trop d’embrouilles et mes écrits durs à lire comme du braille
Trop de regrets, j’étais un adolescent trop aigri
Rétrospective : l’époque ou on été jeune instinctif, trop émotif, insultes aux profs à n’importe quel motif
Orientation : les conseillères me parlaient de vie active
Déception : on était mômes et déjà à la dérive, putain c’est triste
On en avait tellement pourtant des rêves,
Sur la petite place, on jouait au foot, champion était notre rêve... même pas atteint
Grandissant sur nos bancs à se chahuter
Tout n’est plus que souvenir : Goldorak en passant par le chat botté
Les premiers joints, les premières cuites, les premières divergences, cran de funambule
J’ai fermé les yeux comme un somnambule et j’ai pleuré au fond de mon pieu
Je me dis que j’avais flairé
Ma vie je m’en bat les couilles autant que la première femme j’ai défloré
C’est ce que je disais mentalité d’un môme de dix ans à fuir tout le temps
On se prend les pieds dans ce qu’on à tissé
Issue d’en dessous tout est réel et j’ai vu couler le sang, maculer le sol
Alors qu’on était tous là pour danser, horrifiés
Moi toutes ces merdes, je cherche pas à les glorifier
Je retranscris parce que tout de même c’est pas insignifiant
Enfant de la D.D.A.S.S.,tu crois là-bas que j’ai pu me la couler douce
Ils m’ont viré, des baffes moi je voulais leurs en coller dix
Grandir trop tôt, pour nous c’est à 16 piges être retraités cloués au banc
On drague des meufs, on vole des VTT
T’as pas un rond, tu braques "-" tes parents sont pas heureux
Tu te prends 15 ans incompressible, et tu te dis que ça ira
Les années passent, les petits n’ont plus de respect
Et quand tu vois tout ça, la vie ne t’intéresses plus
J’ai si mal au cœur, c’est le B.E.P. quand tu suis mal les cours
Parents déçus, vu qu’ils te voyaient avocat ou médecin
Seul sur un banc, tu te sens si seul et parfois si sale
Une seule envie : brasser des liasses pour quitter ce sol
J’maudit le ciel, il y avait personne quand mon frère faisait de l’asthme et quand mon père cherchait un taf jusqu’à en perdre ses tifs
Chacun sa croix, chacun ses cris, en gros chacun sa merde
Tu te prends des poutres et tes amis, ils en ont rien a foutre
Les jours se ressembles, quand tu t’en sors, direct tu deviens une cible
Les plus haineux oublient vite que vous avez grandi ensemble, alors tu fuis
C’est ça ou te prendre un coup de couteau dans le foie
Les années passent, on à tous plus ou moins changé dans le fond
A parler de meurtres, nos âmes directe se voient cramées dans le feu
Les parents craquent, éreintés, se calment au Prozac
On tient les poutres parce que demain on en a rien à foutre
Le shit s’effrite, on sort des vannes, toujours la même rengaine
Mais on se sent vide, comme si dans nos corps il y avait plus d’organes
Alors on se forge, on s’endurcit pour pas devenir barge
Hautes études : certains y arrivent au regret des bourges et de leur Etat
Fronces les sourcils... je dis la vérité
Mon exutoire : un beat, mes textes bourrés de sincérité
Chacun sa croix, les notres commence a se faire lourdes à porter
Ouvres grand les yeux, tu veux pas voir mais c’est la merde partout, on vit avec
Chômage, violence dans un pays raciste, on vit avec
La rage au ventre, plus question d’être laxiste
J’ouvre les livres, observe et ça me permet d’ouvrir mes lèvres
Croire en Dieu ? Comment quand les visages sont peut radieux ?
Il faut faire un choix : être pieux ou pas
Mais c’est chacun sa croix...

Publié dans Artistes divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article