Libertad feat. Mino

Publié le par NoBass

Depuis la première fois où j'l’ai vu !
J'ai son image graver en moi !
J’ai même l'impression qu'il m'parle parfois !
Les yeux ouverts quand j'garde les yeux fermés,
Il est toujours là, devant moi !
Cet enfant militaire, cet enfant soldat !

Il m'a dit dessine moi un ange,
j'ai dessiné un homme.
Et de s'qui me ronge, j'ai décider de vivre avec !
On m'raconte qu'mon coeur est pompe,
j'dis non, mon coeur éponge, ma douleur,
sans la rendre, un peu comme la Mecque
J'ai voulu faire confiance, j'ai du m'résoudre.
Voir mon amour qui s'envole,
pour mieux s'écraser, pour redevenir poudre !
La haine s'en mêle, la merde sans visage
la vengeance porte ses vis, concept de faibles.
J'voulais mon chemin sans virage !
Dans ces yeux j'voit ma peur et son visage,
que j'lit sur ces lèvres ! Libertad !
Ici point de maître et point d'élèves !
Le son de vies qui même sans voix s'élève.
Fais pas confiance aux femmes,
et encore moins aux hommes,
et pas du tout aux hommes qui font confiance aux femmes !
Comprend comment cela fonctionne,
quand la jalousie entâmes, la haine enterre !
V'la le vraie nom de nos prisons,
il nous conditionne, part le bout du nez nous mènent,
se foute bien d'une vie humaine.
Rendre mon écriture vaine !
Sur leurs échiquiers nous positionnent,
à peines ces mots dits, ils me maudissent,
et dans mes textes m'auditionne !
J'ai les mots charger d'émotions,
tirés sur nos gars des cieux,
c'est dans l'air du temps de perdre ceux de là !
De là bas et jusqu'au gars d'ici !
Immobile j'regarde une dernières fois,
quand on ma dit tchao !

Refrain

Libertad !Libertad !
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes
Libertad !Libertad !
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes

Il m'a dit dessine moi un diable,
j'ai dessiner un homme !
Sortir de c'qui m'accable,
tout les soirs, j'dîne à sa table.
Financiers son trône ! et puis tout le reste...
j'paie pour être esclaves, cela me bouleverse !
J'crie, quand la plupart ne parlent pas !
On nous nivelle par le bas
Et dans mes heures de doute,
j'me dis j'pe pas faire sa !
On ma laissé sur bort de route,
et moi j'coupe à travers champs !
Sa fait un p'tit moments qu'jsuis là,
à regarder dans ce gouffre,
j'ai l'impression que lui regarde en moi,
voir mon âme s'abîme,
dans l'urgence leur s'animent
va falloir faire à zahnet, que j'utilise ma salive.
Va à la rencontre, sans courir à la rancune,
regarde un grand Q, soit sans pitiés aucunes !
Lumières se voient et puis s'occultent !
On s'fou de la raison,
chercher donc l'issues,
on vit tous dans l'cube !
Et y'a ce p'tit avec une arme,
qui m'dit qu'il n'est pas là par hasard.
Et qu'on est pas des animaux,
parce qu'ont est les seuls à baiser en face à face
et à s'niquer dans le dos !

Refrain

Libertad !Libertad !
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes
Libertad !Libertad
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes

Libertad !Libertad !
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes
Libertad !
Libre parce que conscient de pas l'être,
nos joies, ne sont que couleurs sur palettes

Pour nous c'est pas select !
Révélé par nos coeurs, élevés par nos gains !
Tant mieux relevé nos corps ! Libertad !

Publié dans Soprano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article