Fuck You part II

Publié le par NoBass

Ouaich ma gueule ouaich Frelot
Ouaich ma coquille
Une ombre et une faux planent
Au dessus de nos cous
Une créature sombre
De ses ailes nos cités recouvre
Les démons volent nos médailles
Et nos coupes
Une guerre secrète a lieu
Je l’entends rappeler ses troupes
Je connais son meilleur coup
Rendre le bien et le mal troubles
Il pisse sur nos âmes
Et aime diluer le discernement
Son art de la guerre c’est le détournement
La rivière où il pêche
Est dans les veines des vilains garnements
Il les enrôle et leur promet
Les plus beaux ornements
Et du jour au lendemain
Ben tu vois des gamins
Qui arrachent des sacs à main
Et volent l’arme à la main
Et sous une cagoule ils s’engrainent
Font les mabouls
Même pas 14 piges
Dans leur tête c’est déjà Kaboul
Ont pété un câble, leur royaume est une cave
Un endroit où ça baise, boit et bédave
A l’affût du prochain coup
Leurs visions s’obscurcissent
Ils ont hypothéqués leur mort
Leur vie est en sursis
Ils se disent ce coup-ci
Rien à foutre si je dessoude
Ils descendent à Esso
Avec un gun à la Clint Eastwood
Leur drogue c’est l’adrénaline
Le blédia les guide
Il presse la détente
Et fait sa première victime
C’est trop tard un pas est franchi
Tombé dans le gouffre
Une âme fragile est fauchée
Toi le diable fuck you !

Nos cité et nos halls sont une terre fertile
La créature le sait
Et elle vole au dessus des villes
C’est un vivier de gens en mal être
Déprimés, perdus
Et le diable malhonnête en a beaucoup eu
Il sort son miroir aux alouettes
Et fait croire à des gloires funestes
Il y a du sang dans le kleenex
C’est celui de ce Mc
Qui vient de se prendre une patate
Je raconte ce couplet à l’envers
Car parfois le passé te rattrape
Donc ce jeune en pleine gloire
Vient de se prendre une droite
Devant tout le monde en boîte
Venu fêter sa gloire
Il vient juste d’être disque d’or
Grâce à des rimes criminelles
Il est déjà presque mort
Mais je vous explique d’abord
Ce mec est un jeune qui est né
Dans une tess peut-être
Mais d’une famille blindée
Il a toujours renié son côté français
Parce que ça fait mieux d’être bronzé
Quand tu veux rapper
Donc du mal il fait l’apologie
Devient trop logique
Plus je fais ce genre de musique
Plus je fais de fric
Mais son succès est un compte à rebours
C’est juste le calme avant Pearl Harbour
Ses textes font du mal
Pendant qu’il savoure
Le diable fait ses boots
L’accompagne au tambour
Fuck you…

C’est pas un clip, pas un film
Pas un fantasme
Quand je rappe pas de masque
Pas de fantasque
Le diable a ses fantassins
Une armée de sbires
Aux désirs malsains
Qui peuvent noyer tes rêves
Au fin fond d’un bassin
Ou tuer ton courage avec un silencieux
Un coussin, cousin
Méfie-toi ! On est tous des anges
Egnam suon te
Stemuop sed emmoc emulpèd suon elbaid el et
Gare à ses phalanges range la tienne
Ne lui serre pas la main
Il te proposerait une danse
C’est un gros malin
Et je te mets en garde
Car dans les halls d’immeubles
Halls de gare
On est tous vulnérables
Hein les gars ?
Qui n’a jamais pensé à basculer
Dire allez vous faire enculer
Foncer dans le mur
Ne jamais reculer
Ne plus rêver de s’envoler
Brûler ses ailes soi-même
Partir en couille sur un coup de tête
Fuck les problèmes
Que le grand nous en préserve
Les histoires et les vies
De nos héros nous servent
Disiz, disciple de Malcom X,
Martin Luther King, Guevara, Gandhi.
Je suis plus fort que vous tous
Pas besoin de faire le bandit
Plus tu rappes pour les petits
Plus mon discours grandit
Je les sauverai
Et glorifie à vie l’inverse de ta merde
Ibliss, j’ai l’image et la verve
L’amour est mon eau de Cologne
Si t’es sociologue
Même un couteau sous la gorge
Je continue à mordre
Je connais les codes de la rue
Je connais les dogmes
Le diable a ses hordes
Mais je m’en vais les tordre
Et j’ai remarqué qu’on m’a remarqué
Dieu comme bodyguard
Personne ne va me maquer
Quand je reviens du bled
Gri-gri sous la doudoune
Toi le diable fuck you
Pas de doute « Waridoune »

Publié dans Disiz la peste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article