Prisons

Publié le par NoBass

PRISONS

1er Couplet

Je m’adresse à toutes ces gloires bâties sur le lavage de nos cerveaux.
Je ne suis pas de vos larves captives dans les parages de zéro.
Pas un autre otage rompu au culte de la notoriété.
Juste un dommage de plus, rebus de votre bonne société.

Votre monde est obscène.
S’obstine à ce qu’on expose
Tout ce qu’on possède
Pour que le reste du monde observe,
en ce qui me concerne
Je conserve en moi mille Univers sous mille lumières,
Sans conteste, me pose comme son contraire.

Vous et moi, on ne vit pas dans le même pays.
Je viens de la vie civile.
Respire la force d’y arriver gardez vos real TV, Big Dil, vos Johnny Hallyday.
J’aspire à un esprit libre, milite pour d’autres réalités.

Toute culture à sa phase finale, la votre est au terme critique
Muselée comme un animal, otage du systèmes cyniques.
J’entends qu’on crie au marginal mais ce texte est un geste civique
Je brandis ma différence, rends hommage quand des poètes résistent.

Refrain

Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons
Intellectuelles ou quelle qu’elles soient, culturelles ou même de soie
Jamais je ne resterais dans vos… prisons.
Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons

2ème couplet

Le ciel du rap a ses ténèbres aussi, son astre a déserté l’Orbite.
Pas de star qui, très haut, brille, je vois que des météorites.
Maître de Cérémonie, j’ai l’Art d’éclairer vos nuits.
Je reste à l’écart, être vrai oblige, loi parmi les théories.

Je suis pas dans le trip de vos vidéo-clips, fuis vos stéréotypes.
Style torse huilé sportif, Porsche, fille et gros spliffs
Deux mille ans d’histoire irriguent mon hypophyse.
Rimes pauvres, hits égotrips, mon Hip-Hop y est hostile

Garder ce fric que vous n’avez pas et les chaînes de sa servitude
Je suis riche de ce qu’il n’achète pas, de mes rêves et certitudes.
J’oppose proses et rimes sensées aux portes de vos pénitenciers
Pour des gosses libres de penser, force de notre pays français.

Mes vers sont honnêtes, sans autres raisons d’être
Indépendant, je prendrai de gros chèques sans changer mon texte.
Gardez ces courbettes que vos grandes maisons souhaitent.
Mon testament. Je suis pas le genre à me soumettre au fouet du bon maître.

Refrain

Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons
Intellectuelles ou quelle qu’elles soient, culturelles ou même de soie
Jamais je ne resterais dans vos… prisons.
Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons


3ème couplet

Ce que vos gens semblent attendre, j’ai pu, dans l’âge tendre,
À mes dépends l’apprendre.
C’est me briser mentalement par le manque d’argent et de chances à prendre.
Mais je reste un diamant dans la cendre. Pas le genre à me rendre.
Pour moi, l’emploi manque. Pas grave, à l’encre, je créé la branche à prendre

Je suis sous le coup de vos commandements de payer mais je m’en arrange.
Taux d’endettement élevé mais de grands talents naissent dans la fange
Ici, on prône l’enfermement des gens qui tendent la langue
Je vois que vos amendes traîner et je pense pas qu’avec le temps, ça change.

A vous, énarques qu’on plébiscite, je pillerai vos héritiers
Et s’il est sacré votre hémicycle, je pisserai dans le bénitier
M’asservir à ma condition en a permis l’abolition.
Et ainsi, voir l’horizon a raffermit ma position.

Des lors, je mène la plus immense bataille contre moi-même
Parce qu’on élève les plus puissants remparts au fond de soi-même.
Conscient que le jour arrive, je respire pour la première fois, l’air
Reste un homme qui a tout à vivre et qui s’apprête à le faire.

Refrain

Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons
Intellectuelles ou quelle qu’elles soient, culturelles ou même de soie
Jamais je ne resterais dans vos… prisons.
Vivre est une guerre perpétuelle et si l’espèce humaine perd espoir
Jamais je ne resterai dans vos… prisons

Publié dans Chien de Paille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article